Tim Le Net

L'HORLOGE IVRE

Avec le souci de l'acoustique, de la vibration collective, de la minutie des timbres, la musique du quartet est une affirmation du bonheur simple qui touche à l'intemporel.
A la manière d'une balade dans les sentiers, l'écriture musicale de Timothée Le Net chemine et vagabonde dans des paysages sonores colorés.
Tantôt contemplatives, tantôt incisives les compositions explorent toutes les nuances de gris et de bleu telle une réminiscence de la météo bretonne.
D'une manière expressionniste, ce quartet s'inspire du vivant, attentif aux grands cycles naturels comme aux mouvements délicats quasi imperceptibles.
En toute sensibilité, la musique nous invite à porter un regard attentif aux choses fragiles et délicates.
Elle convoque en chacun de nous des souvenirs, transforme la gravité en douceur, la mélancolie en réjouissance.
La musique du quartet L'HORLOGE IVRE est une ode à tous ces petits riens, qui, si l'on y est réceptif, nous rendent plus humains, plus intelligents, plus vivants chaque jour.

Martin Chapron : guitare, bouzouki

Pierre Droual : violon

Yann Le Bozec : contrebasse

Timothée Le Net : accordéon

 

I N V I T E S :

Hugo Pottin : batterie

Meriadeg Lorho-Pasco : clarinette


Meriadeg Lorho-Pasco - Timothée Le Net

Tandem acoustique résolu à dénicher ou composer des mélodies simples, jolies ; puis jouer, s'en amuser.

Ce duo est fort de son attachement aux musiques traditionnelles de Bretagne, vivantes, étonnantes et voyageuses.

Jeff Alluin - Maël Morel - Timothée Le Net

NOUVEAU TRIO

Carte blanche proposée par le centre culturel Le Forum en décembre 2017.

 

« Cette invitation à jouer à nouveau au Forum a été l’occasion d’écrire la partition d’une nouvelle histoire. Une histoire instrumentale. Pour ce faire, l’idée m’est venue d’engager quelques dactylographes de talents rencontrés ici et là. D’abord Jeff Alluin, pour sa sensibilité et sa force d’accompagnement et Maël Morel, aussi impétueux sur une Olivetti qu’une Remington.
Une fois n’est pas coutume, ce soir là, je laisserai l’Underwood de côté pour préférer jouer de l’accordéon avec ces généreux musiciens.
Ce concert n'est évidemment pas réservé qu’aux mécascriptophiles. Bien au contraire.
»

Hélène Troffigué & Tim Le Net

Une voix douce, généreuse, un accordéon expressionniste, bienveillant. Hélène Troffigué & Timothée Le Net chantent et jouent au service des mots du monde, des choses les plus simples, les plus précieuses. Ce joli tandem, fort d’une longue histoire d’amitié, aime dénicher des petites chansons, des petites merveilles, berceuses, comptines qui traversent les années, les frontières et que l’on ne peut évidemment  que conseiller aux tout-petits adultes, à la grande marmaille, aux bambins, aux jeunes vieux, aux vieux vieux même et bien sûr aux nouveau-nés !

Service facile et professionnel

Créer un site Internet gratuit

Le bénéfice du doute

Harpe celtique, accordéon

 

Prendre le temps d’écouter les sons, ceux de la nature et de la musique. Ne pas savoir à la première écoute où et comment on va retomber sur ses pieds…
« La musique de Timothée Le Net et Mael Lhopiteau, avec l’unité des plus beaux duos de musique, célèbre en constance paisible un pays fait des sons des bourgeons, de la sève et des gemmes, un pays d’ombre chavirée, de pluie tranquille, de lumière déliée et de questions lucides, de doutes bienveillants. Un pays dont chacun peut rêver. »
Jean Rochard- Artisan producteur, nato

Le Quatuor Poisson-Chat

Il s'agit ici d'un projet d'album. Un Quatuor co-écrit en 2015 par Antoine Péran & Timothée Le Net.

Les partitions commençaient à prendre la poussière...

2016 a été l'occasion de souffler un bon coup dessus et de solliciter Pierre Droual et Juliette Divry (violon & violoncelle) pour faire vivre ce répertoire.

La singularité des compositions et de l'orchestration valait bien ça !

Des enregistrements sont disponibles, dans l'attente de la production d'un album.

Antoine Péran : flûte traversière en bois

Timothée Le Net : accordéon

Juliette Divry : violoncelle

Pierre Droual : violon

Spectacle Mesures à plein temps

Timothée Le Net Quartet invite Tony Hymas et Hamon Martin

 

À une époque plus reculée, on aurait très sûrement qualifié de hérauts de la nouvelle musique bretonne, Timothée Le Net et ses compagnons Yann Le Bozec, Martin Chapron et Pierre Droual. Aujourd’hui, la nature de la musique de cet ensemble ne contredira certes pas pareille appellation, elle l’accentuera largement par un désir affranchi bouillonnant, magnifiquement habitée par cette façon réaliste, sereine et folâtre. Si cette musique vient de Bretagne, elle sait se faire la belle au lever des frontières pour mieux le dire encore.

 

On ne s’étonnera donc pas de l’invitation lancée à d’autres pairs de voisinages lointains ou d’ailleurs adjacents. Avec Tony Hymas, impressionnant voyageur d’une vaste géographie musicale et le duo généreusement mature de Erwan Hamon et Janick Martin, complices du beau pays, le quartet de Timothée le Net partage cette discrète irréductibilité, cette aimante façon - empreintes énigmatiques - de se frayer un chemin dans les vérités du monde.

 

Tous se sont croisés ci et là, mais ce soir, comme la perspective d’une sorte d’eau-forte en trois couleurs, on se jouera des parallèles (une fois constaté les particularités frappantes des jeux de claviers des accordéons de Timothée Le Net et Janick Martin ou du piano de Tony Hymas comme premier indice), on sera de pleine inscription en un mouvement pour l’autre, pour l’ici et l’ailleurs où souffle le vent  de la couleur et de la vie.

 

John Duck

Timothée Le Net - SOLO

A la fois très écrite et toujours très libre, la musique de Timothée Le Net puise à de multiples sources qui vont de Ralph Towner au tango argentin, du baroque à Lars Danielsson, de Richard Galliano aux danses de Suède et de Haute-Bretagne. Cet enracinement bigarré est propice à l’éclosion d’un discours sensible, tantôt contemplatif, tantôt expressionniste, toujours généreux.


Ces dix dernières années, Timothée Le Net s’est fait reconnaître au sein de son propre Quartet ou encore avec le duo Le bénéfice du doute.


Seul en scène, il nous invite à redécouvrir l'accordéon diatonique à travers un récital singulier et bienfaisant.